Claude Viallat

Biographie

Est né en 1936 à Nîmes où il vît et travaille

Il expose à la galerie Oniris depuis 1990

 


 

2019 : Claude Viallat, Libérer la couleur, Venet Foundation, Le Muy, France

2017 : La peinture à perte de vue, Casa França – Brasil, Rio de Janeiro, Brésil

2016 : Galerie Oniris à Rennes, exposition personnelle d’oeuvres récentes

2015 : Musée des Beaux Arts de Nantes

2014 : Musée Fabre, Montpelier
Situation Kunst, Bochum, Allemagne
Ludwig Museum, Koblenz, Allemagne
Kunsthalle, Rostock, Allemagne

2013 : Centre d’art contemporain de la Matmut, Saint-Pierre-de-Varengeville

2012 : Musée d’Arts Moderne et d’Arts Contemporain de Nice

2011 : Pont du Gard, Dezeuze – Seytour – Viallat

2009 : Musée des beaux-arts de Brest

2008 : Féria de Pentecôte 2008

2006 : Musée de la ville de Le Perthus
Musée de la ville de Colmar
Pont du Gard
Chateau de Villeneuve, Vence

2005 : Musée Matisse, le Cateau-Cambrésis

2002 : L’art dans les Chapelles, Morbihan

1997 : Musée Fabre, Montpellier

1996 : École National Supérieure des Beaux-arts, Paris

1993 : Musée d’Art Moderne, Céret
Musée National d´Art Moderne Centre Georges Pompidou, Paris

1991 : Musée National d´Art Moderne Centre Georges Pompidou, Paris

1989 : Musée d’art moderne, Céret

1983 : Kunsthalle Düsseldorf, Allemagne

1982 : Musée National d´Art Moderne Centre Georges Pompidou, Paris

1968 : Musée d’Art Moderne, Céret

Présentation

Les couleurs font vivre « la » forme de Claude Viallat, devenue sa signature et un signe de reconnaissance immédiat. Depuis les années 70, elle est au centre de chaque création, et s’inscrit dans une alternance de formes aux contours suggérés et formes pleines, apposées sur des supports imprégnés des aléas du temps et des lieux qu’elles ont rencontrés. Cette répétition formelle ouvre les portes d’une exploration infinie des possibilités que la couleur et les matières utilisées peuvent offrir.

 « … ce qui compte, c’est la manière dont les couleurs jouent avec les couleurs qui sont en dessous, comment d’une manière intuitive et non voulue, non prévue, j’arrive à organiser une surface en densité, en intensité. »

Né en 1936, Claude Viallat est un des fondateurs de Supports-Surfaces, un mouvement d’avant-garde artistique qui éclot au début des années 70. Ce mouvement éphémère remet en question les moyens picturaux traditionnels. Regroupant entre autres Vincent Bioulès, Louis Cane, Daniel Dezeuze, Jean-Pierre Pincemin ou Noël Dolla, ce mouvement à la fois théorique et politique appelle à un renouvellement de l’art par la remise en question des matériaux traditionnels comme la toile et le châssis.

 

Viallat commence ainsi à travailler sur des bâches industrielles, libres de tous châssis, sur lesquelles il répète à l’infini une même forme abstraite. Cette « forme » qui peut évoquer tour à tour un osselet ou une main est devenue au fil du temps sa signature. Répété au pochoir, de couleurs variées et sur des supports divers (tissus d’ameublement, tapis, matériaux de récupération), ce motif, qui annihile la notion de « sujet », permet à Claude Viallat de mener une réflexion sur les sens du geste créatif et le statut d’«œuvre d’art ».

 

C’est accroupi, sur son support qui est déployé à même le sol, que Claude Viallat pose ses peintures acryliques éclatantes. Il puise son inspiration et sa posture de travail dans les arts premiers et souvent non occidentaux. L’artiste, plus attaché au processus que la forme engendre que par la forme elle-même, a maintenu cet unique système pendant cinq décennies de peinture.

 

Son obstination est aussi évidente dans le fait qu’il s’entête, encore aujourd’hui, à poursuivre cette recherche de la complexité dans l’abstraction dans un jeu infini alors que d’autres ont abandonné depuis bien longtemps.

Œuvres
Visite virtuelle
cliquez sur l'image ci-dessus pour accéder à la visite virtuelle sans aucune installation sur votre appareil
Expositions