Frédéric BOUFFANDEAU

Biographie

Est né en 1966
Il vit et travaille à Angers
Il expose à la galerie Oniris depuis 2016

 


  

2020 : "Tout va bien Monsieur Matisse" Musée Matisse, Cateau-Cambresis

2018 :  solo show à Bienvenue Art Fair à Paris, stand Galerie Oniris

2017 : exposition personnelle Galerie Oniris, Rennes
Carte Blanche, Espace d’Art Concret, Mouans-Sartoux

2015 : Galerie Djeziri-Bonn, Paris

2013 : Artothèque du Limousin, Saint Martin-de-Jussac
Galerie Eric Linard, La Garde Adhémar

2012 : La Borne, Orléans
Centre d’art Maison Chailloux, Fresnes

2010 : Le 19, centre régional d’art contemporain, Montbéliard

2009 : Centre d’art Contemporain et de l’imprimé, Châtellerault

2008 : Centre culturel de Saint-Yrieix

2007 : Musée de l’Abbaye Sainte Croix, les Sables d’Olonne

2006 : Musée des Beaux-Arts d’Angers
Artothèque de Nantes
Artothèque d’Angers

 

Présentation

L’œuvre de Frédéric Bouffandeau s’inscrit sous le signe d’une forme singulière et imparfaite qu’il appelle la « matrice ». Tant apparentée à une cellule humaine qu’à une figure végétale et florale, celle-ci est vivante, souple, sensuelle et porteuse d’une certaine forme de poésie. Parfois pleine, parfois évidée, ou opaque, Frédéric Bouffandeau construit et déconstruit cette forme à l’aide de peinture, de dessins, de néons, de sculptures en aluminium…

« Les enjeux du travail sont d’explorer la peinture et l’espace. L’organique, l’architecture sont les éléments qui constituent la base de mes réflexions. Les médiums utilisés sont le dessin, la peinture, le volume, la lumière et l’image en mouvement. Je recherche les tensions que peut faire naître la réduction des moyens, essayant de ramener au plus près de l’espace occupé les médiums que j’utilise. »

Toute son œuvre nait autour de cette forme directement inspirée d’une fleur. Il part du module, de cette forme, florale, souple, dont les pourtours, soulignés jadis, allaient devenir la matrice de toute une production, qui depuis une vingtaine d’année est inspirée par l’élément végétal.

 

Déployant les ondes printanières et joyeuses, l’artiste nous invite à l’éveil des sens. Parfois, les formes affleurent, évanescentes, caressantes, à peine perceptibles, et lorsqu’elles ne sont pas baignées d’un halo lumineux (comme c’est le cas pour les néons), sont-elles mêmes rayonnantes.

 

Leur caractère vibrant surgit de plans colorés saturés, intensément contrastés. Le tracé est net, précis, les formes closes sur elles-mêmes sont opaques, pleines, ou évidées, il n’y a pas d’illusion ici, et l’on comprend qu’il s’agit d’une recherche plastique intuitive, d’une recherche d’intemporalité.

 

L’approche de l’artiste est particulière, celui-ci passe d’un médium à l’autre, sans interruption. Les pièces produites fécondent les suivantes, enrichissent l’ensemble, tout en gardant leur caractère élémentaire, modulaire. Si bien que chacune est à la fois générique et singulière. Les œuvres sont réduites volontairement à quelques éléments (contour, plan, couleur), affichant ainsi une recherche dans l’utilisation de la peinture. Il en va de même pour ses sculptures qu’il perçoit comme des « peintures pliées » dont une grande place est laissée au hasard et à l’incertitude par le caractère aléatoire du trait.

 

Son travail ne doit pas être vu comme un ressassement du médium, mais plutôt comme « une idée de recommencement » pour aller au-delà de la peinture. On peut voir dans les tracés nets, précis, qu’il s’agit d’une recherche plastique intuitive, d’une recherche d’intemporalité.

Œuvres
Expositions