Philippe COGNÉE

Biographie

Est né en 1957
Il vit et travaille à Nantes
Il expose à la galerie Oniris depuis 2016

 


 

2021 : Musée Bourdelle, Paris, France

Chapelle de la Visitation – Espace d’art contemporain, Thonon les Bains, France

2020 : Paysages, Chaumont-sur-Loire

2018 : Philippe Cognée, Johyun Gallery, Busan, Corée
Philippe Cognée, Espace Jacques Villeglé, Saint Gratien, France : 

2017 : Philippe Cognée, Baker McKenzie, Paris, France
La Matière remuée, Espace Paul Rebeyrolle, Eymoutiers, France

2016 : French Touch, Qrtspace Boan, Séoul, Corée
Philippe Cognée, Stephan Balkenhol, Fondation Fernet-Branca, Saint-Louis

2014 : Biennale de Busan, Busan, Corée du Sud

2016 : Philippe Cognée – figures envisagées, Le Radar, Bayeux

2015 : FRAC Auvergne
Chapelle de la visitation, Brioude

2014 : Château de Chambord

2013 : Vues d’en haut, Centre Pompidou Metz

2011 : Écho, Château de Versailles
French Window: Looking at Contemporary Art through the Marcel Duchamp Prize, Mori Art Museum, Tokyo, Japon

2010 : C’est la vie! Vanités de Caravage à Damien Hirst, Musée Maillol, Paris

2009 : Passages, Galerie Daniel Templon, Paris

2006 : Institut Français de Berlin, Berlin, Allemagne

2005 : Nouvelle vague, Centre Georges Pompidou, Paris
Art Museum of Shanghai, Chine

2002 : Voilà la France, CESAC, Caraglio, Italie

2001 : Peinture, figures, peinture, Metropolitan Museum of Manila, Manille, Philippines

1999 : trente artistes, 1969-1999, Assemblée Nationale, Paris

1996 : Albufeira, Musée des Beaux-Arts, Nantes

1990 : Musée du Luxembourg, Paris

1987 : Les années 1980 en France : Une nouvelle génération d’artiste, festival d’Istanbul, Ankara, Turquie

1986 : Sélection de huit peintres français, PS1, New-York, États Unis

1985 : Biennale de Tours

1984 : ARC, Musée d’art Moderne de la ville de Paris, France

 

 

Présentation

Essentiellement connu pour ses peintures à l’encaustique, l’œuvre de Philippe Cognée est beaucoup plus riche et complexe comme en témoigne ses œuvres sur papier. On retrouve dans ces papiers un style propre, presqu’une signature que l’artiste offre, aussi bien en couleur qu’en noir et blanc, au fusain, qu’au lavis, l’encre, l’aquarelle ou même parfois l’encaustique.

« Je pars d’une peinture réaliste pour aboutir à une peinture d’illusions, d’où le réalisme s’échappe. »

Philippe Cognée utilise l’encaustique dès les années 1980, mais c’est lors de son passage à Rome en 1990, ou, lauréat de la Villa Médicis, il peaufine sa technique singulière. A la recherche d’une surface lisse, Philippe Cognée associe photographie et peinture. La photographie, ou l’image, servent de point de départ, de sujet, de modèle et se voient reproduites à la peinture par l’artiste car elle offre des possibilités d’interprétations plus vastes.

 

L’encaustique est une peinture à la cire apposée directement sur la toile. Une fois la « première étape » achevée, l’artiste dépose un film plastique qu’il va fondre à la matière de la toile grâce à l’utilisation d’un fer à repasser. Ce geste singulier vient effacer les lignes du tableau et délaisse le côté figuratif de l’œuvre au profit d’un enfouissement flou du sujet.

 

Par ailleurs, si ses toiles sont largement diffusées, le travail de Philippe Cognée s’observe également sur papier. Dévoilant différentes techniques, telles que l’aquarelle, le fusain et le charbon, ou même la peinture à la cire, ses œuvres sur papier font échos aux toiles dans leur sujet, mais proposent une lecture différente de l’œuvre, de par le support et la technique utilisés.

 

De manière générale, son œuvre interroge le rôle de la peinture dans une société où l’image est omniprésente et appauvrie, conséquences directes de la multiplication de nouvelles technologies. Les sujets qu’il traite en série, à l’image des barres d’immeubles, des carcasses dans les abattoirs, des supermarchés ou encore des Google View, ne sont pas une retranscription du réel, mais plutôt une transcription de la société en des formes symboliques.

 

Philippe Cognée a produit de nombreux portraits et autoportraits, mais l’architecture reste le thème majeur de son œuvre. Dans ses toiles, ses œuvres sur papier ou encore dans ses estampes, les bâtiments et autres rues ont une place importante. De même que, depuis les années 2000, le thème de la société de consommation occupe une place notable comme l’atteste la série des supermarchés ou des abattoirs.

Œuvres
Visite virtuelle
cliquez sur l'image ci-dessus pour accéder à la visite virtuelle sans aucune installation sur votre appareil
Expositions